in

Un OVNI désactive 10 Missiles Nucléaires déclare un Officier de l’US Air Force

David D. Schindele, officier en retraite de la base de missiles de Minot, Dakota du Nord, USA, a écrit un livre publié en 2017 sur l’incident de la nuit du 24 au 25 août 1966, le survol d’objet lumineux, signalé par des gardes. Schindele se trouvait au sein d’une installation de contrôle de lancement près de Mohall durant l’incident.

Il était alors membre d’une équipe de lancement de missiles balistiques intercontinentaux à ogive nucléaire Minuteman lancés depuis le sol. Dix de ces missiles avaient eu des malfonctions cette nuit-là.

Schindele raconte comment des fonctionnaires de ‘US Air Force lui avaient ordonné de ne jamais parler de l’incident, comme s’il ne s’était jamais produit, bien qu’il y ait été fait allusion dans la presse locale et que des rapports militaires de l’incident aient été déclassifiés par la suite.

Le livre de Schindele est titré « It Never Happened, Volume 1 »:

Schindele avait été stationné é la base de l’Air Force de Minot de juillet 1965 à mai 1968. Il rapporte:

« A cette époque, à Minot, beaucoup d’entre nous avions eu vent d’incidents au sein des installations de Minuteman, mais nous étions tous obligés de garder le silence. »

Il a dit avoir rencontré il y a quelques années un autre témoin qui exerçait à peu près la même fonction que lui, et que cela l’a encouragé à témoigner. Il a dit:

« Environ 35 ans après mon observation à Minot et l’étude d’un incident identique qui s’est produit sur la base de Malmstrom AFB dans le Montana, j’ai envisagé de raconter la vérité. »

« Après avoir découvert en 2010 que des missiles avaient connus des sorts similaires à ceux de Minot à cause d’OVNIS, j’ai décidé d’approfondir mes recherches et de ce fait j’ai contaté la dissimulation imposé par l’Air force. J’ai cherché à savoir exactement pourquoi l’armée de l’air nous a demandé à tous de nous taire. Nous avons tous eu droits à des discussions secrètes, mais cela n’explique pas pourquoi l’Air Force refuse de nous dire la vérité ou d’expliquer les incidents. »

Parlant de son livre, il a dit:

« C’est un travail de six ans et demi, mais j’ai également réalisé qu’un deuxième volume serait nécessaire pour le compléter. Il y a beaucoup de militaires de Minot qui ont emporté leurs ‘secrets’ dans leur tombe, tandis que des militaires vivent certainement encore la même chose. »

Schindele a grandi dans la région de Seattle et étudié à l’Université d’Etat de Washington. Il réside actuellement à Mukilteo, au nord de Seattle.

Schindele avait rédigé la déclaration qui suit pour les « Citizens Hearing on Disclosure »:

Audience des Citoyens sur la Divulgation

Déclaration

Par David D. Schindele, Capitaine, Force aérienne des États-Unis, retraité

Je m'appelle David D. Schindele, capitaine, en retraite de l'US Air Force. En 1966, j'ai été impliqué dans un incident alors que j'étais affecté à Minot Air Force Base, Dakota du Nord. On m'a dit de ne jamais parler de l'incident à nouveau, et on m'a également dit qu'en ce qui me concerne, "Il ne s'est jamais rien passé". Pour cette raison, je suis devant vous aujourd'hui avec un peu d'inquiétude, car je n'ai jamais montré mon visage personnellement sur cette question.

J'étais un officier de contrôle de lancement de missiles ballistiques intercontinentaux Minuteman, premier lieutenant et un commandant d'équipage de combat adjoint de missiles dans un équipage de lancement de deux hommes avec mon commandant d'équipage qui avait le grade de major. J'étais attaché au Commandement Aérien Stratégique et à une partie du 742e Escadron de Missiles Stratégiques, l'un des trois escadrons de la 455e Esacdre antimissile stratégique basée à Minot. J'aavais une habilitation Top Secret, qui était nécessaire pour mon travail.

Tout a commencé un matin quand je regardais la télévision en prenant le petit-déjeuner et j'entendis que l'annonceur local mentionnait que certains habitants de la ville de Mohall avaient vu des lumières étranges durant la nuit, ce qu'ils attribuaient à un OVNI. Cela a attiré mon attention parce que j'étais prévu pour le service ce matin-là dans une installation de contrôle de lancement, appelée November Flight, à environ 3 miles à l'ouest de Mohall et à environ 37 miles au nord de Minot Air Force Base.

Je vivais dans la ville de Minot à l'époque, et je suis allé à la base aérienne pour assister à la séance d'information avant le départ de la matinée au quartier général de l'escadre, où tous les 15 équipiers de missiles se réunissaient normalement chaque jour avant de se "mettre en service d'alerte" à leurs installations de contrôle de lancement respectives . Pendant le briefing, il a été mentionné que certains missiles à Novembre Flight avaient été "éteints" pendant la nuit, mais aucune autre information n'a été fournie. Je l'ai immédiatement relié à la nouvelle que j'avais entendue plus tôt dans la matinée concernant une éventuelle observation d'OVNIS près de la ville de Mohall.

Lorsque le briefing a été terminé, plusieurs des équipes de lancement assises près de moi ont commenté la chose, qu'ils avaient également entendue ce matin, et il y avait des spéculations sur une connexion possible avec November Flight. Mon commandant d'équipage a également entendu la nouvelle, et nous étions tous deux anxieux et curieux de ce que nous pourrions trouver au moment où nous nous sommes rendus dans l'installation de contrôle de lancement.

La procédure habituelle à l'arrivée était d'inspecter les terrains et le bâtiment, mais cette fois, mon commandant est immédiatement allé à la section de sécurité du bâtiment pour discuter avec le personnel de sécurité et les gardes. Je suis entré dans l'installation depuis la porte arrière et j'ai rencontré le responsable du site, un Sergeant TEchnicien, qui m'a immédiatement amené dans la "salle de jour" et m'a demandé si j'avais été informé des événements de la nuit précédente. J'ai dit que je ne l'avais pas été.

Nous passons ensuite vers les fenêtres du côté ouest de la salle de jour où il m'a décrit le gros objet avec des lumières clignotantes qui planait juste à l'extérieur de la clôture ce soir-là, et il tendit les bras devant lui pour indiquer sa taille. Sur la base de sa description, j'ai estimé que l'objet pouvait avoir une largeur de 80 à 100 pieds et avoir été à environ 100 pieds du bâtiment, peut-être un peu plus près.

J'ai immédiatement demandé s'il s'agissait d'un hélicoptère, et il a dit que cela se tenait là sans bruit, tout à fait différamment des hélicoptères bruyants habituels entendus à l'intérieur du bâtiment. J'ai également demandé à quoi ressemblaient les lumières clignotantes, mais il ne pouvait pas répondre. Elles étaient différents de celles qu'il avait jamais vus; elles n'étaient pas comme les lumières de balise habituelles sur les avions, mais quelque chose comme une lueur pulsante.

Il a ensuite déclaré que l'objet, tout en se promenant près du sol, s'est glissé vers la droite vers l'extrémité nord du bâtiment hors de vue. L'objet est ensuite arrivée sous la vue de la section de sécurité de l'installation et a survolé juste derrière et légèrement à droite de la grille principale, dissimulée en partie par le grand garage situé dans la zone clôturée à droite de la porte. Cet emplacement place l'objet presque droit au-dessus de la capsule de contrôle de lancement bétonnée située à 60 pieds sous le sol. C'était le quartier de lancement.

Le personnel de sécurité a confirmé tout ce que le responsable du site m'avait dit. Mon commandant et moi avons ensuite conduit l'ascenseur vers le centre de contrôle de lancement pour relever les deux membres du personnel de l'officier ci-dessous. Après avoir pénétré dans la capsule, nos yeux ont été instantanément figés sur la Console de contrôle de lancement, laquelle a montré que tous les missiles étaient hors d'état d'alerte et dans l'incapacité d'être lancés.

L'équipage sortant nous a informé sur les événements étonnants qui se sont déroulés pendant la nuit et a indiqué que les missiles avaient mal fonctionné au moment où l'objet planait directement au-dessus de la capsule et à côté de la porte principale. Nous avons spéculé sur la possibilité d'une impulsion électromagnétique qui aurait pu créer cette situation. Nous n'avions cependant aucun doute que les 10 missiles à tête nucléaire avaient été compromis, mis en panne et hors service par l'objet qui avait fait une visite. Normalement, il était assez inhabituel d'avoir be serait-ce qu'un missile à l'arrêt, à l'exception de la maintenance, et les Quartiers Généraux de l'Escadre étaient très fier d'avoir plus de 95% de temps de marche pour les 150 missiles de l'escadre.

Le lendemain matin, après avoir été relevés par l'équipe suivante, et quand nous sommes arrivés au sommet, j'ai tenté d'interroger le contrôleur de sécurité de vol qui était en service au moment de la situation, mais il m'a interrompu et l'a dit qu'on lui avait ordonné de ne pas discuter de l'incident. C'est à ce moment-là que mon commandant m'a dit qu'il avait reçu un appel alors que j'étais sur une pause régulière au sol, et on lui a dit que nous ne devrions jamais discuter de l'incident. Quand j'ai demandé d'où provenait l'ordre, il a répondu que c'était l'OSI.

Sans aucune discussion sur ce sujet, mon commandant d'équipage et moi avons été laissés dans les limbes, et nous avons été laissé à nos propres conjectures sur la façon dont d'autres situations similaires pourraient se dérouler et être traitées. Ce grave manque de suivi par l'armée de l'air a été plus que déroutant et cela a permis de garder cette situation dans nos esprits.

Au total, il y avait eu une douzaine d'entre nous impliqués dans cet incident. Mon commandant et moi n'étions pas là pendant la rencontre, mais nous avons dû faire face aux ramifications de l'incident, et je n'oublierai jamais l'émotion effrayée sur les visages d'aviateurs qui se sont rassemblés là-bas quand j'ai été briefé par le Directeur du Site. Outre ceux d'entre nous au sein du Launch Control Facility, il y avait beaucoup d'autres personnes impliquées, y compris les personnes chargées de la maintenance qui ont dû remettre en ordre et réorienter les missiles, ainsi qu'un personnel de sécurité supplémentaire pour protéger les installations de lancement des missiles et qui sait combien d'autres gens concernés étaient sur la base.

Tout le monde avait été réduit au silence. L'incident n'a jamais été discuté et je n'ai jamais entendu parler d'un autre incident de la part de personnes que j'ai consulté. Je n'ai jamais parlé de mon incident depuis près de 40 ans et ma femme n'a jamais rien su.

Après plusieurs années de recherche sur Internet, dans l'espoir de trouver quelqu'un qui pourrait me donner un indice sur mon incident, j'ai alors trouvé ce qui a été décrit par le capitaine Robert Salas et j'ai senti une joie immédiate d'être libéré de la hantise de ce souvenir que j'avais fardé pour moi si longtemps. J'ai rapidement informé ma femme.

Depuis lors, j'ai croisé plusieurs hommes des missiles de Minots qui étaient là avec moi dans l'Escadre, et deux d'entre eux se sont présentés publiquement avec leurs propres expériences. Deux autres personnes m'ont décrit leurs expériences uniques, mais ils m'ont prié de ne pas divulguer leurs noms. Ils craignent de perdre leur pension de retraite de la Force Aérienne, ou de perdre leur intégrité personnelle en ne gardant pas le secret, ou d'être ridiculisés. Je connais également deux autres officiers impliqués dans des incidents, mais ils ne l'admettront pas, probablement pour les mêmes craintes.

Et puis il y a le regretté capitaine Val Smith de mon escadron qui a été mentionné dans les documents officiels délivrés par la Freedom of Information Act. Il a été interviewé par le regretté Dr. Allen Hynek de Blue Book, qui a écrit un article dans le Saturday Evening Post, publié le 17 décembre

"Cet incident, qui n'a pas été diffusé par la presse, est typique des cas énigmatiques que j'ai étudiés au cours des 18 années où j'ai servi de consultant scientifique de la Force aérienne sur le problème des OVNIS".

Juste avant la publication de cet article du Post, le Minot Daily News l'a vu et a publié, le 6 décembre 1966, un article de première page avec un gros titre gras qui disait: "Une 'soucoupe2 au Centre de Contrôle des Lancements de Minot citée comme une indication de visiteurs de l'espace."

En 1966, lorsque j'étais à Minot, les preuves étaient partout que quelque chose de tout à fait unique s'était produit, mais j'étais cerné par le silence.

L'Armée de l'Air connaissait la vérité, l'Armée de l'Air savait que je connaissais la vérité, et c'est la seule raison pour laquelle ils m'ont prévenu et m'ont dit que "cela ne s'est jamais passé".

Merci de votre attention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *