Structures en forme de Dunes à la Surface de la Comète Tchouri

En analysant les photos de la comète Tchouri capturées par la caméra OSIRIS de la sonde Rosetta, des chercheurs ont démontré la présence de structures en forme de dunes...

En analysant les photos de la comète Tchouri capturées par la caméra OSIRIS de la sonde Rosetta, des chercheurs ont démontré la présence de structures en forme de dunes à sa surface.

Dans un communiqué, des chercheurs du laboratoire physique et mécanique des milieux hétérogènes (CNRS/ESPCI Paris/UPMC/Université Paris Diderot) expliquent avoir analysé les clichés de la comète Tchouri puis modélisé le dégazage de vapeur. Conclusion : la forte différence de pression entre la face au soleil de la comète et celle à l’ombre provoque des vents capables de transporter des grains et de façonner des dunes.

Il y a donc des dunes sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, plus communément appelée « Tchouri ». Une découverte réalisée contre toute attente puisque la formation de dunes sédimentaires réclame la présence de grains et de vents assez forts pour les transporter le long du sol. Or, les comètes ne possèdent pas d’atmosphère dense et constante comme sur Terre.

Grâce à la caméra OSIRIS située sur la sonde Rosetta, la présence de ce type de structures espacées d’une dizaine de mètres a pu être constatée sur la comète. Elles se retrouvent sur les lobes de la comète ainsi que sur le cou qui les relie. De plus, il semble que ces dunes sont actives comme l’ont constaté les scientifiques en se basant sur la comparaison d’une paire de photos prises d’un même endroit à 16 mois d’intervalle qui prouvent aussi que les dunes se sont déplacées.

Face à cette surprise, les chercheurs ont montré qu’il existe en réalité un vent le long de la surface de la comète. Comment est-ce possible ? Ce vent est en réalité dû à la différence de pression entre le côté ensoleillé (où la glace de surface peut se sublimer grâce à l’apport d’énergie par le rayonnement solaire) et la face où il fait nuit. Cette atmosphère transitoire reste très ténue avec une pression maximale 100 000 fois plus petite que sur Terre au périhélie, le moment où la comète est au plus près du soleil.

Cependant, la gravité est elle-même très faible et l’analyse des forces exercées sur les grains de la surface de la comète montre que ces vents thermiques peuvent transporter des grains de taille centimétrique dont la présence est confirmée par les photos du sol. Les conditions nécessaires sont donc réunies à la surface de Tchouri pour permettre la formation des dunes avec des vents capables de transporter des grains le long du sol.

SOURCE

Vous Aimerez Aussi :
Scroll Up
Advertisment ad adsense adlogger