Une inquiétante Course à l’armement Spatial est lancée

Désormais accessible à de multiples entités publiques ou privées, l’espace rend les satellites de plus en plus vulnérables. Ainsi, les grandes nations se préparent à un éventuel conflit jusque dans...

Désormais accessible à de multiples entités publiques ou privées, l’espace rend les satellites de plus en plus vulnérables. Ainsi, les grandes nations se préparent à un éventuel conflit jusque dans l’espace et ont engagé une course à l’armement.

Les satellites sont stratégiquement très importants dans le domaine militaire des puissances et cela fait maintenant quelque temps que les responsables militaires s’inquiètent sur la vulnérabilité des satellites dans l’espace. En effet, les acteurs spatiaux sont plus nombreux qu’autrefois, qu’il s’agisse de nations ou de sociétés privées et certains, comme la Chine ou la Russie, se montrent particulièrement au point quant à une éventuelle attaque spatiale.

« Nous devons nous tourner vers l’avenir : que se passera-t-il si un conflit sur la Terre s’étend à l’espace ? Comment défendrons-nous nos satellites ? », déclarait récemment la patronne civile de l’US Air Force, Deborah Lee James. En effet, certains événements récents peuvent inquiéter. En 2015 par exemple, un satellite russe s’est placé durant plusieurs mois entre deux satellites commerciaux Intelsat en orbite géostationnaire, s’approchant même à moins de 10 kilomètres de l’un d’eux. « Une approche non autorisée et aussi près (…) est vraiment inquiétante », estime Victoria Samson, spécialiste d’une fondation américaine œuvrant pour une exploitation durable de l’espace. « Nos satellites sont cruciaux pour notre sécurité nationale et le fait qu’un autre satellite puisse s’approcher d’eux et interférer avec leur activité est vraiment dérangeant » pour les stratèges militaires.

En 2013 aussi plusieurs événements de ce type ont eu lieu, comme la Chine qui a envoyé en orbite basse un petit satellite capable de manœuvrer vers un autre engin ou encore de tirer un missile pour frapper un satellite en orbite géostationnaire à 36 000 km d’altitude.

Les États-Unis s’inquiètent de ces événements. « Ces dernières années, le Pentagone a beaucoup agi pour développer des réponses aux menaces que la Russie et la Chine sont en train de développer. Nous devons aller plus vite », déclarait récemment John Hyten, en charge des forces stratégiques américaines. « Si quelqu’un dispose en orbite d’un engin capable de détruire nos satellites, nous aurons peut-être besoin de capacités pour les défendre », explique de son côté Elbridge Colby, du centre de recherche sur la Défense CNAS à Washington. « L’espace va inéluctablement se militariser (…) Nous devons être réalistes et développer des formes efficaces, mais limitées d’attaques dans l’espace, en particulier des armes non cinétiques ».

Mais certains doutent de cette posture adoptée par les États-Unis comme Victoria Samson qui estime « qu’il y a un peu d’exagération par ceux qui, dans la sphère militaire, ont du mal à accepter que les États-Unis puissent perdre leur rôle de puissance dominante dans l’espace ». En effet, le pays compte déjà quatre satellites tels que ceux envoyés par la Chine ou la Russie, ainsi qu’une station de brouillage mobile capable de brouiller un satellite depuis la Terre. Un missile a également déjà été testé avec succès. « Pour l’instant, on est beaucoup dans la démonstration technologique », mais sans initiative diplomatique, « on finira par avoir une course aux armements dans l’espace » s’inquiète Theresa Hitchens, chercheuse à l’université du Maryland.

SOURCE

Vous Aimerez Aussi :
Scroll Up
Advertisment ad adsense adlogger