Une alternative à la Manière dont la vie est apparue sur Terre

Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Institut de recherche Scripps (IRST) à La Jolla, en Californie, offre une alternative à la façon dont la vie serait apparue...

Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Institut de recherche Scripps (IRST) à La Jolla, en Californie, offre une alternative à la façon dont la vie serait apparue sur Terre il y a environ quatre milliards d’années.

Il existe plusieurs théories suggérant l’origine de la vie sur Terre, mais la plus communément acceptée est celle du « monde à ARN », expliquant la façon dont les molécules ARN auraient évolué pour créer des protéines et de l’ADN. Cette nouvelle étude, publiée dans la revue Angewandte Chemie, offre une alternative au « monde à ARN », avançant que l’ARN et l’ADN auraient évolué en même temps.

«Pourquoi ne pas penser à l’ARN et l’ADN évoluant ensemble, plutôt que d’essayer de convertir l’ARN en ADN au moyen d’une chimie fantastique à un stade prébiotique ? » questionne Ramanarayanan Krishnamurthy, principal auteur de cette étude. Ainsi, les chercheurs ont envisagé la possibilité que l’ADN puisse avoir co-existé avec l’ARN depuis le début.

Dans un premier temps, les scientifiques pensaient que l’ARN et l’ADN s’étaient mélangés pour former des brins hétérogènes. Ces brins, appelés chimères, seraient une étape intermédiaire vers l’ADN. Les essais, cependant, ont révélé que les brins pouvaient être instables, ce qui compromettrait leur capacité à tenir l’information génétique et à la reproduire. C’est cette instabilité qui a conduit les chercheurs à penser que les molécules d’ARN et d’ADN auraient pu co-exister. Selon les chercheurs, si l’ARN et l’ADN ont évolué en même temps, l’ARN pourrait encore avoir mené à la production d’ADN, mais les deux molécules auraient déjà eu des systèmes homogènes indépendants.

Si leurs résultats sont confirmés, cela ne signifie pas nécessairement que l’ARN n’a pas donné lieu à l’ADN, mais il est probable que l’ADN ait évolué, au moins dans un état primitif, plus tôt que ce que nous avions prédit jusqu’à présent.

Malheureusement, sans machine à voyager dans le temps, il est peu probable que nous sachions un jour comment la matière devint vivante il y a des milliards d’années. Mais en essayant de le comprendre, nous pourrions avoir une meilleure chance de prédire, de chercher, et pourquoi pas de trouver la vie ailleurs dans l’Univers.

SOURCE

Vous Aimerez Aussi :
Scroll Up
Advertisment ad adsense adlogger