La Première nation de l’Espace est née, voici Asgardia

Ce mercredi 12 octobre 2016, la toute première nation spatiale est née, baptisée Asgardia. Le but de la création de cette nation par des scientifiques, astronautes et avocats est...

Ce mercredi 12 octobre 2016, la toute première nation spatiale est née, baptisée Asgardia. Le but de la création de cette nation par des scientifiques, astronautes et avocats est de protéger le monde entier, et non quelques nations, avec un satellite géant qu’ils souhaitent lancer en 2017/2018.

Bienvenue à Asgardia, officiellement première nation spatiale depuis ce mercredi 12 octobre. Le projet a été lancé par un groupe composé de scientifiques, d’avocats et d’astronautes. Leur but ? « Démocratiser l’espace et créer un bouclier protecteur de l’humanité contre les dangers et menaces spatiales à la vie sur la terre, qu’ils soient d’origine humaine ou naturelle, comme les débris spatiaux, radiations solaires, collisions d’astéroïdes, etc.« .

En effet, si certaines agences spatiales travaillent déjà en ce sens, celles-ci défendent généralement leurs intérêts, et pas l’intérêt mondial. « Les agences et États existants ne représentent que leurs intérêts, non ceux du monde. Et seuls quelques pays dans le monde possèdent de telles agences spatiales » peut-on lire dans un communiqué. Ainsi, pour « protéger la Terre entière« , c’est un satellite géant qui pourrait être lancé en 2017/2018 pour y établir ensuite une cité spatiale, qui sera un lieu ou « les gens pourront vivre, travailler et avoir leurs propres lois et règles » déclare l’un des membres du projet au site Business Insider. Les explications quant à ce satellite sont toutefois très insuffisantes sur leur site internet.

Le projet est on ne peut plus sérieux, ainsi, une demande d’adhésion d’Asgardia à l’ONU a déjà été formulée et il est possible pour tout le monde d’envoyer une demande de citoyenneté asgardienne. À l’heure où ces lignes sont écrites, on compte déjà près de 160 000 asgardiens. Un cadre juridique propre à cette nation sera désigné pour assurer une exploitation pacifique de l’espace sans être contraint par les lois terrestres. « Cela promet des développements passionnants, il sera très intéressant de voir comment [la requête d’Asgardia] évolue. Ils rencontreront des obstacles considérables en matière de droit international spatial. Mais ce qu’ils demandent représente une refonte complète du cadre législatif actuel que nous connaissons sur l’espace » déclare Christopher Newman, expert en droit spatial à l’Université de Sunderland, au Guardian, concernant la requête d’adhésion d’Asgardia à l’ONU.

SOURCE

Scroll Up
Advertisment ad adsense adlogger