« Tuez de manière illégale » ; Le stratège de Clinton appelle à l’assassinat de Julian Assange à la TV

Le stratège d’Hillary Clinton Bob Beckel est apparu sur Fox appelant à l’assassinat de Julian Assange; un besoin flagrant de violence contre le fondateur de Wikileaks en contradiction directe...

Le stratège d’Hillary Clinton Bob Beckel est apparu sur Fox appelant à l’assassinat de Julian Assange; un besoin flagrant de violence contre le fondateur de Wikileaks en contradiction directe avec toutes les lois possibles du gouvernement.

Wikileaks, bien sûr, a publié plusieurs documents accablants qui ont mis en lumière de sombres affaires de Clinton; y compris les e-mails à partir de son serveur privé et controversé ainsi que des communications de la DNC qui ont prouvé que sa campagne est associée avec les médias traditionnels.

« Je veux dire, un homme mort ne peut pas révéler des choses », a effroyablement noté Beckel au sujet d’Assange. « Ce gars est un traître et… et il a brisé toutes les lois aux États-Unis. Le gars doit être puni (et je ne suis pas pour la peine de mort) donc, si je ne suis pas pour la peine de mort, il n’y a qu’une seule façon de le faire, tirer illégalement sur ce fils de p***. »

 

C’est vrai : Un stratège au Comité national démocrate (connaissant la réputation de Clinton qui a été profondément endommagée avec les révélations mises en lumière par Wikileaks) estime que le défi de la loi d’Assange est si grave que quelqu’un doit agir en assassinant « illégalement » le fondateur de l’organisation.

Comme si la déclaration fracassante de Beckel ne suffisait pas à faire du bruit, le rédacteur principal de Politico, Michael Grunwald, a posté sur Twitter pour aggraver la folie, que Wikileaks a joyeusement retweeté.

« Je suis impatient d’écrire une défense sur l’attaque d’un drone qui supprime Julian Assange », a affirmé avec arrogance Grunwald.

 

Politico, il faut noter, est apparu en bonne place dans les révélations sur DNC pour travailler en tandem avec la campagne de Clinton pour assurer des articles qui afficheraient Hillary sous le meilleur angle possible; un journaliste a même partagé un article avec le personnel de la campagne d’Hillary avant de le soumettre aux éditeurs.

Avant ces appels explosifs pour traquer et tuer Assange, la tête de Wikileaks est apparue sur Niewsurr, où il semblait être suggéré qu’un salarié du parti démocrate à Washington, Seth Rich, a été assassiné et était une source de révélations exaspérante pour Beckel et Grunwald.

« Je suggère que nos sources prennent des risques et elles le font, elles deviennent inquiètes de voir les choses se produire comme ça », dit Assange au sujet de Rich, qui a été assassiné tôt le matin, les autorités ont jusqu’à présent insisté que c’était un vol; bien qu’il n’y avait pas de témoins de son assassinat pour confirmer ou réfuter cette affirmation.

« Nous devons comprendre à quelle hauteur sont les enjeux aux États-Unis », a continué Assange lorsqu’il est pressé par l’hôte pour savoir s’il insinuait un jeu déloyal dans la mort prématurée de Rich. « Nos sources, vous le savez, nos sources font face à des risques graves. Voilà pourquoi elles viennent à nous. Donc, nous pouvons protéger leur anonymat. »

Assange a à plusieurs reprises refusé de révéler les sources de Wikileaks en règle générale (une politique dont l’organisation est fière) et en accord avec cela, a refusé de révéler avec certitude si oui ou non Rich avait en effet été la source des révélations.

Les rumeurs sur Rich ont certainement présenté un large éventail sur les médias sociaux, mais plusieurs circonstances suspectes doivent être pris en considération. Comme l’a noté un reporter, il était prévu que Rich témoigne dans une enquête sur Clinton. Et selon le Washington Post, Rich avait enquêté sur d’éventuels cas de fraude et de suppression des électeurs perpétrées par le DNC.

Assange, comme l’a noté The Free Thought Project, a en outre offert une récompense de 20 000 dollars pour toute information menant à la condamnation du meurtrier de Rich.

Peut-être que l’appel à l’assassinat d’Assange par un servant de Clinton ne devrait pas venir comme une surprise étant donné les circonstances atténuantes susmentionnées; mais cela prête certainement encore plus de crédibilité au sentiment croissant qu’Hillary Clinton et son cadre de partisans de l’établissement ne s’arrêteront devant rien pour s’assurer qu’elle atteigne la Maison blanche.

SOURCE

Vous aimerez aussi

Close