in

Sur 38 ans d’exploration spatiale, Voyager 1 est à plus de 20 milliards de km

La sonde Voyager 1 a décollé il y a maintenant plus de 38 ans. C’est l’objet « vivant » le plus éloigné de la Terre et elle se trouve désormais à plus de 20 milliards de kilomètres. Nous en profitons pour revenir sur l’âge d’or de l’exploration spatiale avec le programme Voyager lancé en « urgence » dans les années 70.

Dans le cadre de l’exploration spatiale, un ambitieux programme de l’agence spatiale américaine (NASA) a vu le jour au début des années 1970 : Voyager. Il comprend le lancement de deux sondes (simplement baptisées Voyager 1 et 2) qui ont pour mission d’explorer notre système solaire et de passer à proximité de plusieurs planètes éloignées.

Après des années de voyage dans le vide de l’espace, Voyager 1 est désormais à plus de 20 milliards de kilomètres de la Terre. Une distance symbolique, mais qui est l’occasion de revenir sur l’épopée de cette sonde (et de sa jumelle dans une moindre mesure).

Programme Voyager : une aventure lancée il y a plus de 40 ans

Tout d’abord, et contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, Voyager 1 a été lancée le 5 septembre 1977, soit près de deux semaines après sa jumelle Voyager 2. Elles sont donc toutes les deux dans l’espace depuis maintenant plus de 38 ans et continuent d’émettre des signaux.

Du point de vue matériel, les deux sondes sont très proches l’une de l’autre, malgré quelques spécificités propres à leurs missions. La numéro 1 dispose ainsi d’un bouclier plus important contre les radiations, notamment afin de lui permettre de résister à son passage à proximité de Jupiter. De son côté, la seconde dispose d’un générateur à radioisotope plus puissant car elle doit mener des explorations plus loin de la Terre (et donc sur une plus longue période).

Crédits : NASA JPL

Afin de s’assurer d’un certain intérêt de la part du public (et donc d’une aura suffisante pour probablement (re)négocier des crédits avec le gouvernement américain), un scientifique habitué de la vulgarisation est nommé afin de prendre en charge la communication des missions pour le compte de la NASA : Carl Sagan. Lors de l’un de ses discours, il n’avait d’ailleurs pas hésité à marquer les esprits avec une entrée en matière remarquée : « ce serait merveilleux d’entrer en contact avec une civilisation qui aurait évolué de son côté ».

SOURCE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *